Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire

Nice Time


Alain Tanner, Claude Goretta
Royaume-Uni, 1957
Production : BFI (British Film Institute)
17'
Anglais
Français


Résumé


Un samedi soir à Picadilly Circus, en 1957. Le peuple de Londres vient chercher du bon temps.

L'avis de Tënk


25 nuits durant, Alain Tanner et son complice Claude Goretta s'immergent pour le British Film Institute dans la vie nocturne du plus célèbre carrefour de l'empire britannique.
Au milieu de la foule massée sur les trottoirs bondés, leur téléobjectif saisit les corps qui se rapprochent et les jeux de regards. À ces détails se superpose une bande son désynchronisée mêlant dialogues de films du box-office, bruit d'ambiance et musique de jazz. Se révèlent aussi peu à peu des marchands ambulants, une statue d'un dieu de l'amour détrônée par les néons des grandes enseignes publicitaires, des bobbies qui veillent à la bonne circulation et à évacuer les hommes saouls. Ainsi, sous le regard des jeunes cinéastes suisses qui signent ici leur premier film, l'apparent désordre de la nuit n'échappe pas au règne de l'argent et de l'État.

Éva Tourrent
Responsable artistique de Tënk

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteurs

Alain Tanner

Alain Tanner est né en 1929 à Genève. En 1951 il rencontre Claude Goretta et fonde avec lui le ciné-club universitaire de Genève. Ils quittent ensemble leurs études pour s'installer à Londres et réalisent le court métrage "Nice Time" (1957), qui obtient un prix à Venise. Alain Tanner travaille alors au British Film Institute et à la BBC. Par la suite, il réalisera de nombreux reportages pour les chaînes de télévision françaises et romandes. Son premier long métrage, "Charles mort ou vif" (1969), remporte le Léopard d'Or au festival de Locarno. On retrouve déjà dans ce film son point de vue féroce sur une société satisfaite d'elle même, comme dans "La Salamandre" (1971), son deuxième film, qui lui offre une reconnaissance internationale. Considéré comme le porte-drapeau du "nouveau cinéma suisse", Alain Tanner réalise des films engagés, comme "Le Retour d'Afrique" (1973), "Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000" (1976), "Les Années lumière" (1981), Grand prix du jury à Cannes... Son autre particularité est de moderniser ses propres films en réalisant des faux-remakes, ceci afin de recadrer ses opinions dans l'époque actuelle. Ainsi on retrouve la trame dramatique de "La Salamandre" dans le film "Fourbi" (1996) ou de "Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000" dans "Jonas et Lila, à demain" (1999). En 2003, il réalise "Paul s'en va", annoncé comme son dernier film.

Claude Goretta

Claude Goretta est né à Genève. Il crée pendant ses études le Ciné-club universitaire dont Alain Tanner sera l’un des animateurs. Il rejoint celui-ci à Londres en 1955 où tous deux travaillent aux archives du British Film Institute. Après la réalisation avec Tanner du court métrage "Nice Time" (1957), tourné de nuit à Piccadilly Circus, Goretta rentre en Suisse où il devient réalisateur à la télévision. Entre 1962 et 1978, il réalise de nombreux reportages, adaptations d'œuvres classiques et pièces de théâtre pour la TSR, ainsi que des films de fictions. En 1968, il crée le Groupe 5 avec quatre autres jeunes cinéastes suisses : Alain Tanner, Michel Soutter, Jean-Louis Roy et Jean-Jacques Lagrange. Pour le cinéma, il réalise "Le Fou", en 1970, remporte le Prix du Jury au Festival de Cannes avec "L'invitation" (1973) et rencontre un succès international avec "La Dentellière" (1977). Sa carrière se partage entre cinéma et télévision, pour laquelle il a tourné "Le Dernier été" (1997), "Thérèse et Léon" (2001), "La Fuite de M. Monde" (2004) et "Sartre" (2006). Il a pris sa retraite en 1994. Il décédera à Genève en 2019.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Un air de fête : ordre et désordres