Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire

Ornette: Made in America


Shirley Clarke
États-Unis, 1985
Production : Caravan of Dreams Productions

85'
Anglais
Français


Résumé


Pendant plus de vingt ans, Shirley Clarke a recueilli les mots et les notes d’Ornette Coleman, multi-instrumentiste génial et inventeur du free jazz. Elle dresse un portrait atypique du musicien, conçu comme une mosaïque complexe faite d’images d’archives, d’entretiens, de séquences fictionnelles et de performances live. Aux frontières du documentaire et du cinéma expérimental, il brosse en creux le portrait de l’Amérique ultra-libérale, raciste et expansionniste où grandit le compositeur.

La plage Musique est soutenue par la Sacem

L'avis de Tënk


Dernier long métrage de Shirley Clarke, "Ornette: Made in America" permet à la cinéaste d'improviser autour de cette musique qui accompagne chacun de ses films et de célébrer l’histoire d’un de ses plus grands inventeurs. Le montage protéiforme d'images, qu'elle mettra plus de vingt ans à recueillir, multiplie les genres et provoque des expériences enivrantes : chaque plan, chaque note s’échappe toujours plus loin de la partition. La rencontre entre les deux artistes, infusée au free jazz, offre un moment de cinéma et de musique jubilatoire qu'on est vraiment pas prêt d'oublier.  

Pascal Catheland
Réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteure

Shirley Clarke

Shirley Clarke (1919-1997) est une figure majeure du cinéma indépendant new yorkais. Danseuse de formation, c’est vers le cinéma qu’elle concentre finalement ses talents, à une époque où l’on trouve encore peu de femmes réalisatrices. Ses premiers courts métrages “A Dance in the Sun“ (1953), “Bullfight“ (1955) ou “Bridges Go-Round“ (1958) sont symptomatiques de son obsession pour le mouvement. Membre de l’avant-garde artistique de Greenwhich Village, elle sera, en 1962, un des membres fondateurs de la Film-Makers' Cooperative. “The Connection“ (1961), son premier long métrage, acclamé à Cannes, marque le début d’une série de films engagés socialement, où la fiction croise volontiers le réel. Elle conclut son œuvre en 1985 avec “Ornette: Made in America“, un portrait atypique et protéiforme du génie du jazz Ornette Coleman.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Musique