Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire

Monsieur Zwilling et Madame Zuckermann


Volker Koepp
Allemagne, 1999
Production : Vineta Film
126'
Allemand, Hébreu, Yiddish, Russe, Ukrainien
Français


Résumé


Nous sommes en l'an 5758 du calendrier juif, ou en 1998 "Anno Domini". Tous les soirs, à l'heure du dîner, Matthias Zwilling, 70 ans, rend visite à Rosa Roth-Zuckermann, 90 ans, pour lire le journal, regarder la télé, refaire le monde et égrener le temps. "Herr Zwilling und Frau Zuckermann" comptent parmi les rares juifs de leur génération qui vivent encore dans la ville de Tchernivtsi, jadis creuset de la culture juive en Bucovine, cette ancienne Terre de la Couronne à l'est de l'empire des Habsbourg devenue, au terme d'un siècle d'occupations, de démembrements, de guerres et de génocide, province périphérique du sud-ouest de l'Ukraine indépendante. Ces deux amis de longue date, qui partagent les soucis matériels du présent, cultivent aussi une passion pour l'allemand.

L'avis de Tënk


"L’automne me mange sa feuille dans la main :
nous sommes amis.
Nous délivrons le temps de l’écale des noix et lui apprenons à marcher :
le temps retourne dans l’écale."

Ces vers de Paul Celan, natif de Czernowitz, représentant le plus éminent de la tradition littéraire multiculturelle et plurilingue de sa ville, nous les entendons en compagnie de dame Zwilling et sieur Zuckermann, lus par leur auteur, sur un magnétophone, au milieu d'une des rencontres vespérales qui structurent le film. Sept ans après la fin de l'URSS, Volker Koepp peut se rendre dans cette ville "où les hommes cohabitaient avec les livres" d'après le même Celan, pour y cueillir les témoignages d'un monde disparu et les premiers signes d'une culture juive renaissante.
Lumières et couleurs automnales des paysages et de la ville, intonations et voix des chants et des prières, tout concourt ici pour brosser un tableau dominé par le sentiment de perte et la mélancolie. S'il n'y avait l'ironie des quelques anecdotes, des histoires gaies surgissant comme en contrepoint au milieu de récits de vies désabusés et de souvenirs nostalgiques. "Vous ne dites rien. Il faut parler", se fait aimablement sommer le réalisateur, toujours aussi taciturne, lors d'un bref face-à-face avec une trépidante nonagénaire revenue de loin. Mais fidèle à sa démarche qui est devenue au fil de ses films une véritable technique d'entretien, Koepp ne sort pas de la retenue qui lui est propre. Et c'est grâce à ces moments tacites qui marquent les échanges avec ses interlocuteurs, dont la tenue et la dignité forcent le respect, que ce film, précieux témoignage vivant d'un temps révolu, trouve son lyrisme et sa balance.

Jürgen Ellinghaus,
Réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

Volker Koepp

Volker Koepp est né en 1944 à Stettin, grande ville portuaire allemande sur la mer Baltique, devenue polonaise (Szczecin) en 1945. Grandi à Berlin-Est, il entre à l’école de cinéma de Potsdam-Babelsberg (RDA) en 1966. Il y réalise son premier film, "Sommergäste bei Majakowski" ("Les Estivants chez Maïakovski", co-réal. : Alexander Ziebell), en 1967. Il sort diplômé en 1969 et entame sa carrière l’année suivante à la DEFA, le studio officiel de la RDA. Il s’impose comme l’un des représentants majeurs de la production documentaire de la DEFA et remporte de nombreux prix en Allemagne et à l’étranger, parmi eux le Grand Prix du Cinéma du Réel (Paris) en 2008. Auteur d’une cinquantaine de films de durées différentes, son travail accompagne d'abord la vie dans son pays, la RDA, au-delà la disparition de celle-ci, à l’image de sa série de sept films consacrée à des ouvrières de la ville de Wittstock entamée en 1975 et conclue en 1997. Depuis l'ouverture des pays voisins, il pose son regard sur les régions est-européennes marquées par l’avant et l’après de la chute du communisme, se révélant chroniqueur sensible des bouleversements survenus, toujours du côté de ceux et celles qui les subissent, à la fois portraitiste des hommes et paysagiste de leur terroir.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Les films de Volker Koepp