Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur FILM-DOCUMENTAIRE.FR et sur VAD.CNC.FR

La Maison de la radio


Nicolas Philibert
France, 2013
Production : Les Films d'Ici, Longride, ARTE France cinéma
99'
Français


Résumé


Une plongée au cœur de Radio France, à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards : les mystères et les coulisses d’un media dont la matière même, le son, demeure invisible.

L'avis de Tënk


Comment se saisir d'un monstre sacré ? Un lieu que chaque auditeur a déjà imaginé derrière son poste, rêvé et façonné à son idée ? Fidèle à sa méthode, Nicolas Philibert s'immerge dans les entrailles de la bête. Il en résulte un film-kaléidoscope. Outre le plaisir de donner un visage aux voix que l'on aime, on y découvre les multiples facettes du travail radiophonique. Du direct sans filet de la matinale jusqu'aux expérimentations reléguées au cœur de la nuit, le film nous donne à vivre une journée immense et remplie des mille et une voix de la radio.

Éva Tourrent
Réalisatrice et responsable artistique de Tënk

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

Nicolas Philibert

Nicolas Philibert est né à Nancy en 1951. Après une licence de philosophie, il se tourne vers le cinéma et devient assistant réalisateur, notamment auprès de René Allio. Il tourne d’abord des films de montagne et d'aventure sportive pour la télévision, puis il se lance dans la réalisation de documentaires. En 2001, Nicolas Philibert réalise "Être et Avoir", gros succès d'audience. Plus de 120 hommages et rétrospectives de ses films ont été organisés de par le monde. Si Philibert a surtout réalisé des documentaires, il précise toutefois que le mot documentariste "contribue à dresser une frontière autour d’un genre qui n’a jamais cessé d’évoluer et dont chacun connaît au contraire la porosité, la variabilité des tracés, les liens presque consanguins qu’il entretient avec celui qu’on lui oppose toujours, celui de la fiction".