Votre commande a bien été prise en compte, vous pouvez voir Les Sept Marins de l'Odessa  pendant 48 heures à compter de la date de votre paiement.

Vous souhaitez louer ce film ?

Mode de paiement





Vous souhaitez louer ce film ?

Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir louer une vidéo. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous. Si vous n’êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix.

Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
CE FILM EST SORTI DE NOTRE PROGRAMMATION
RETROUVEZ-LE EN LOCATION


Bande annonce


Louez ce film
48h pour 2€

Les Sept Marins de l'Odessa 


Bruno Oliviero, Leonardo di Costanzo
Italie, France, 2006
Production : Point du jour, Indigo Film

65'
Italien, Russe
Français


Résumé


Depuis quatre ans, le capitaine et les marins ukrainiens de l’Odessa sont bloqués sur leur navire dans le port de Naples. L’armateur d’État, compagnie de l’âge soviétique, a fait faillite. L’équipage a vécu le froid, la faim, la solidarité des gens du port ou des familles, sans jamais cesser d’entretenir le navire, dans l’espoir qu’un repreneur paierait leurs salaires et leur rendrait leur métier. Les mouvements de l’histoire semblent avoir condamné cette poignée de marins devenus fantômes d’un autre temps. Enfin le tribunal de Naples boucle le dossier de rachat : le repreneur n’est autre que la version "privée" des anciens patrons. Les hommes de l’Odessa vont être remplacés, le navire va rentrer au pays. Ils ne sont plus que des sans-papiers en terre étrangère, criblés de dettes. La maladie a emporté trois d’entre eux. Le tribunal n’a pas reconnu leurs cinq ans de courage.

L'avis de Tënk


Imaginez que Duras et Eisenstein aient fait fait un film ensemble, ça aurait pu être "Les Sept Marins de l’Odessa".
Les réalisateurs napolitains Leonardo di Costanzo et Bruno Oliviero filment une suspension tragique, russe, dans la baie de Naples. Les marins sans salaire, sans liberté tiennent leur paquebot 5 ans durant comme c’est leur devoir, pensent-ils, cependant que la Russie, l’Italie, la justice, les hommes d’affaires se gaussent de leur tenue morale et les plument sans vergogne.
Un des premiers plans du film est inoubliable : Anatoli danse avec passion, seul, une guirlande nous dit que c’est Noël, il est tellement seul qu’il saisit le panettone comme partenaire et l’on comprend que sa famille est si loin qu’il ne la reverra peut être jamais… C’est un film où alterne l’ambiance incroyable de désastre sur le bateau avec les moments fous au palais de justice de Naples qui promettent tant, remettent toujours à plus tard le verdict. Comme deux cinématographies qui s’affronteraient (Duras et Eisenstein)…

Claire Simon
Réalisatrice

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteurs

Bruno Oliviero

Bruno Oliviero est un réalisateur, documentariste et scénariste italien. Né à Torre del Greco en 1972, il a vécu à Naples pendant 30 ans, et il y a commencé sa carrière dans le théâtre et le cinéma. Depuis 2003, il vit entre Milan et Paris. En 2008, il a été récompensé au Festival de Turin avec le documentaire "Napoli piazza Municipio". Il a réalisé, entre autres, les fictions "La Variabile Umana", "Nato a Casal di Principe" et le documentaire "Les Sept marins de l'Odessa" (avec Leonardo di Costanzo). Il a écrit pour ce dernier le scénario du film "L'Intrusa".

Leonardo di Costanzo

Né en 1958 à Ischia en Italie, Leonardo di Costanzo est diplômé de I’Istituto Universitario Orientale di Napoli. Il suit en 1988 les stages de réalisation aux Ateliers Varan de Paris, à la suite desquels il réalise plusieurs films documentaires : "Prove di stato" (1999), "A Scuola" (2003), "Les Sept Marins de l'Odessa" (2006), "Cadenza d’inganno" (2011). Depuis 1993, il fait partie de l’équipe pédagogique des Ateliers Varan. Dans ce cadre, il a animé des ateliers de réalisation documentaire à Phnom Penh, Bogota, Belgrade, Tbilissi ou Marrakech. "L’Intervallo" (2011), son premier film de fiction, est présenté dans la section Orizzonti à la 69e Mostra de Venise, où il a obtenu le Prix FIPRESCI et en 2013 a remporté le David di Donatello du meilleur nouveau réalisateur italien. Avec le court métrage "L'Avant-poste" il participe au film collectif "Les Ponts de Sarajevo" avec 13 autres réalisateurs européens, qui a été présenté en séance spéciale au 69e Festival de Cannes.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Les films de Leonardo di Costanzo