Votre commande a bien été prise en compte, vous pouvez voir Un corps sans vie de 19 ans pendant 48 heures à compter de la date de votre paiement.

Vous souhaitez louer ce film ?

Mode de paiement





Vous souhaitez louer ce film ?

Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir louer une vidéo. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous. Si vous n’êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix.

Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
CE FILM EST SORTI DE NOTRE PROGRAMMATION
RETROUVEZ-LE EN LOCATION


Louez ce film
48h pour 2€

Un corps sans vie de 19 ans


Mosco Levi Boucault, Philippe Broussard
France, 2007
Production : Zec Production

74'
Français


Résumé


Voici un film terrible, une heure douze pour raconter la vie de Ginka dont la mort rue de la Clôture à Paris en 1999 a profondément choqué, a suscité beaucoup d’articles et de manifestations… (et même un livre de Jean Rolin). Tout commence par la photo du corps de Ginka sur l’horrible matelas telle qu’elle fût retrouvée, assassinée par un junkie en manque qui en voulait à son sac au milieu de la nuit. Le film enquête de manière têtue et magistrale avec un journaliste, Philippe Broussard, en partant de la rue de la Clôture jusqu’à son enfance en Bulgarie, son adolescence, ses fugues pour cause de misère qui la mènent à la prostitution.

L'avis de Tënk


On remonte les faits, le journaliste enquête, il n’est pas un personnage. Chaque témoin précise la réalité de la vie de Ginka qui comme une flèche plonge inexorablement vers l’enfer. Chaque image des lieux qui ont vu Ginka, de la France à la Bulgarie, nous renseigne, nous terrifie. Le trajet de la prostitution atterrit en Belgique avec les vitrines, à Paris dans l’hôtel minable où elle habitait, porte Maillot où elle tapinait, et partout les témoins confirment que la prostitution est un fondement de la société, sa clé de voûte. L’enquête retrouve le maquereau de Ginka qui a construit sa boîte de nuit avec le sang de la jeune fille de 19 ans.
Mosco m’a dit un jour : "Je suis comme tout le monde, j’adore les romans policiers", eh bien ici, le genre trouve son accomplissement. Qu’est-ce donc qu’un polar sinon un documentaire ? Fi de ceux qui font du sentiment sur le personnage du journaliste, de l’enquêteur : l’histoire ici, a besoin d’abord et avant tout des lieux, des récits, des visages de ceux qui ont vu Ginka, qui lui ont parlé. Chaque détail change ma perception et me bouleverse et me fait réfléchir.

Claire Simon
Réalisatrice

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteurs

Mosco Levi Boucault

Né en Bulgarie soviétique en 1944 dans une famille "juive athée", Mosco Levi Boucault arrive en France à 10 ans. Il réalise son premier documentaire, "Des terroristes à la retraite", en 1985, juste après ses études à l’Idhec, alors qu’il préparait une fiction sur le sujet. "J’ai pensé aux merveilleux survivants retrouvés. Ils allaient mourir sans laisser de trace. J’ai opté pour un documentaire, histoire de conjurer la mort." Mosco prend à bras le corps des sujets politiques dérangeants comme dans "Mémoires d’ex" sur les exclus du PCF tout au long du 20e siècle . Et un autre film sur les FTP MOI. Filmant les gens qu’on a oubliés il parvient à écrire l’Histoire et ses crimes cachés. Puis il s’est intéressé aux commissariats de police dans le monde, de Philadelphie, à Abidjan et à Roubaix, il y filme ce qui arrive, n’y fait quasiment pas d’entretien et trouve une forme cinématographique entièrement documentaire d’une très grande force. Des tragédies apparaissent là, sans fard. Des histoires ou des manières d’être qu’on ne voyait que romancées en fiction nous sautent aux yeux avec la puissance du "ça a été", des personnages si complexes surgissent dans leur brutale réalité… Tel "Un corps sans vie de 19 ans" véritable polar documentaire bouleversant sur les filles de l’Est. Avec les "Brigades Rouges" et "Corleone" il renoue avec des sujets fréquentés par les journalistes. Mais cherchant à donner la parole à ceux qui ont vécu et pensé leurs actes. Les repentis masqués racontent de l’intérieur la Cosa Nostra et l’apparition de Toto Rina à son procès balaye toute l’imagerie effrayante et séduisante qu’on avait du parrain des parrains. Le réel est bien pire….

Philippe Broussard

Philippe Broussard est journaliste et écrivain. Prix Albert Londres en 1993, il a notamment été grand reporter au Monde (1989-2005) puis rédacteur en chef à L'Express (2005-2016). Il est l'auteur d'une dizaine de livres, dont "La Disparue de San Juan" (Stock, 2011), "Vivre cent jours en un" (Stock, 2015) et "À la recherche de Ginka" (Stock, 2018). Il est aujourd'hui directeur adjoint de la rédaction du journal Le Monde.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Les films de Cinéma du Réel 2020