Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur FILM-DOCUMENTAIRE.FR et sur VAD.CNC.FR

Octobre à Paris


Jacques Panijel
France, 1962
Production : Comité Maurice Audin
70'
Français


Résumé


Le 17 octobre 1961, à l’appel de la fédération de France du FLN, 30 000 Algériens manifestent pacifiquement à Paris pour protester contre le couvre-feu qui leur est imposé. La manifestation est durement réprimée, tuant des dizaines d’Algériens. Les historiens évoquent onze mille arrestations, des dizaines d’assassinats, des manifestants jetés dans la Seine, des centaines d’expulsions et autant de plaintes restées sans suite. Dès le lendemain de la manifestation, Jacques Panijel commence le tournage de "Octobre à Paris". Composé de captations documentaires, d’entretiens et de reconstitutions, le film est censuré dès 1962. La fin de la guerre d’Algérie ne signifie pas pour autant la levée de l’interdiction. C’est seulement en 1973, après une grève de la faim du cinéaste René Vautier, que le film obtient son visa d’exploitation et peut enfin être montré.

L'avis de Tënk


Après le massacre du 17 octobre, Jacques Panijel propose l’idée du film à plusieurs cinéastes français de la Nouvelle Vague et des grands cinéastes étrangers sont alertés aussi : à l’exception de Jean Rouch, aucun réalisateur ne répond à l’appel. C’est donc Panijel lui-même qui assume la direction du projet, entouré par une équipe de techniciens et de militants : Jacques Huybrecht, Yann Le Masson, Pierre Clément. Le film est conçu comme une tragédie en trois actes : avant, pendant, après. Trois strates d'images constituent sa matière. La reconstitution de l'appel à la grève et son organisation par une cellule secrète du FLN dans la bidonville de Nanterre (événements re-jouées à Gennevilliers par ceux-là mêmes qui les ont vécu). La mise en scène de la manifestation et de sa répression à l'aide des photos d'Elie Kagan, retravaillées au banc-titre. La parole des témoins et des victimes des tortures (la caméra cherche aussi les traces de ceux qui ont été arrêtés, battus ou jetés à la Seine). Un film oublié de l'histoire du cinéma documentaire : une dénonciation formellement remarquable et politiquement exigeante d'un crime inoubliable de l'État français. "Tout est vrai de ce qui sera montré".

Federico Rossin
Historien du cinéma, programmateur indépendant

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

Jacques Panijel

Jacques Panijel (1921-2010), immunologiste, est également un cinéaste, écrivain et militant politique français. Jacques Panijel s'engage dans la Résistance à l'âge de 19 ans. Il publie en 1948, un roman intitulé "La Rage", inspiré par son expérience des années de Résistance où il met en lumière la possibilité de s'engager dans l'action physique tout en étant un intellectuel. En 1961, il réalise avec Jean-Paul Sassy "La Peau et les Os", premier long métrage tourné en prison. Au moment de la guerre d’Algérie, il prend une part active à la lutte politique contre le conflit. Après le massacre du 17 octobre 1961, il tourne un film qu'il intitule "Octobre à Paris". Interdit durant une dizaine d'années, ce film a d'abord été présenté lors de projections clandestines.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Histoire & Politique