Votre commande a bien été prise en compte, vous pouvez voir Le Glas pendant 48 heures à compter de la date de votre paiement.

Vous souhaitez louer ce film ?

Mode de paiement





Vous souhaitez louer ce film ?

Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir louer une vidéo. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous. Si vous n’êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix.

Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
CE FILM EST SORTI DE NOTRE PROGRAMMATION
RETROUVEZ-LE EN LOCATION


Louez ce film
48h pour 2€

Le Glas


René Vautier
France, 1964
Production : Coopérative de Bretagne
6'
Français


Résumé


Au début des années 60, à Salisbury (actuelle Harare), en Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe), le gouvernement de Ian Smith pend trois révolutionnaires noirs qui avaient pourtant été graciés par la reine d'Angleterre. René Vautier, avec le ZAPU (Zimbabwe African Party for Unity), dénonce cette mise à mort. Expulsé par la police rhodésienne (renseignée par les services secrets français), le cinéaste tourne en Algérie un film en forme de réquisitoire contre la sauvagerie coloniale. Le film est d’abord interdit en France, puis autorisé en 1965.

L'avis de Tënk


Un poème écrit par René Vautier (sous le pseudonyme algérien de Férid Dendeni), lu par le futur cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambéty, des tableaux du peintre sud-africain Gerard Sekoto, une bande sonore offerte par des membres des Black Panthers en exil à Alger (une lente marche funèbre composée pour accompagner l'enterrement d'un noir assassiné pendant la lutte pour les droits civiques aux États-Unis), des masques et des statuettes d'art nègre. Empêché de tourner son habituel film d'action directe, Vautier bricole un magnifique poème filmique. Pour une fois, son cinéma panafricain ne peut pas intervenir dans le réel pour essayer de le changer : l'absence des images pousse le réalisateur à ré-inventer et politiser le film-collage d'origine surréaliste (par exemple "L'Invention du monde" de Michel Zimbacca, 1951). Proche des œuvres de Santiago Álvarez, S. Sukhdev, Heynowski et Scheumann, "Le Glas" est à la fois la suite logique et le dépassement militant de "Les statues meurent aussi" (1953, par Chris Marker et Alain Resnais).

Federico Rossin
Historien du cinéma, programmateur indépendant

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

René Vautier

René Vautier (1928-2015) est le cinéaste le plus censuré de l’histoire du cinéma français. Rebelle et militant, il s’est toujours efforcé de mettre "l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs les refusent". Et ce n’est pas sans risques qu’il a combattu avec sa caméra citoyenne pour témoigner des luttes de son époque et toujours tenter d’établir un dialogue en images pour agir sur les conflits. "Afrique 50", premier film anticolonialiste français, inaugure le combat de Vautier. Caméra au poing, il a définitivement choisi son camp : être de l’autre côté, faire face. C’est finalement avec un film de fiction qu’il atteindra la reconnaissance internationale au Festival de Cannes en 1972 pour "Avoir 20 ans dans les Aurès". Témoin crucial de son époque, René Vautier a constamment devancé l’histoire. Quelques années après les Accords d’Evian, André Malraux disait : "René Vautier est un Français qui a vu juste avant les autres". Aujourd’hui encore, ses films font écho à l’actualité et deviennent des archives d’une extraordinaire diversité (documentaire, fiction, court ou long métrage) qui nous permettent d’éclairer l’histoire contemporaine et de mettre en perspective les crises d’aujourd’hui par l’étude des luttes du passé. René Vautier a connu la censure sur pratiquement toute son œuvre.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Histoire & Politique