Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur VAD.CNC.FR

La Révolution qui n'a pas eu lieu


Aljona Polunina
Estonie, 2011
96'
Russe
Français


Résumé


Anatoly et Andrey sont deux révolutionnaires russes expérimentés : depuis 1997, ils militent au Parti national-bolchévique, un parti interdit dont l’idéologie se trouve à la croisée des héritages hitlérien et communiste. Le film suit ces deux idéalistes touchés par le virus de la révolution sur le cours d’une année, avant et après l’élection présidentielle de 2008. Leur détermination peut les mener aux barricades, entre les mains du FSB ou, à l’autre extrême, à une retraite en monastère ; jamais à l'opportunisme ni au conformisme.

L'avis de Tënk


Aljona Polunina a passé plusieurs années auprès de militants du Parti national-bolchévique d’Edouard Limonov. Méthode de cinéma d’investigation, ici utilisée dans toute sa puissance dramatique, celle du temps, qui éclate la linéarité du récit et permet d’approcher au plus près les personnages, tour à tour effrayants, démunis, grotesques. L’enquête s’incarne dans la fable et il y a du Dostoïevski dans ces errances cruelles et ces vies ordinaires d’une Russie blafarde, d’un monde au bord du gouffre – le leur, le nôtre.

V.L.

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteure

Aljona Polunina

Aljona Polunina est une réalisatrice indépendante russe, née à Touapsé en 1975. Diplômée de l’atelier de films documentaires d’A.N. Guerasimov à Moscou, elle est l’auteure de six films. Son premier court-métrage, “Da, smert“ (“Oui, la mort“) portait déjà sur le Parti national-bolchévique, dont elle filmait alors les bureaux squattés.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Histoire & Politique