Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire

Six fois deux, sur et sous la communication - Épisode 1b : Louison


Jean-Luc Godard, Anne-Marie Miéville
France, 1976
Production : Sonimage, INA - Institut National de l'Audiovisuel
41'
Français


Résumé


Au milieu des années 1970, Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville adoptent l'outil télévision pour mieux en dénoncer le contenu habituel. Ils réalisent à Grenoble en 1975-1976 une série de six programmes de cent minutes, subdivisés chacun en deux émissions (un essai et un entretien filmé dans la longueur), pensée en vue d'une diffusion destinée au plus grand nombre. Dans cet épisode, Louison, un paysan, pense à haute voix à son problème : produire un litre de lait et à tout ce qui suit et précède (le sous-travail ouvrier et le sur-travail paysan).

L'avis de Tënk


Au milieu de ses champs, Louison parle avec passion de son métier d’agriculteur. Il en découle une réflexion qu’on n'imagine pas si fréquente à l’époque sur le sens du travail paysan. Louison détaille les impasses du discours productiviste, du recours systém(at)ique à la chimie, l’enjeu formidable d’assurer la subsistance de la population à l’échelle de la planète, les grands circuits mondiaux qui configurent les échanges et les contraignent, etc. La beauté du travail aussi : le rapport à la terre, l’attention au jour le jour, le cycle de la production qui donnent sa valeur au métier. Comme face à son miroir, Godard, avec une certaine modestie, filme son rêve de petit entrepreneur indépendant : le paysan comme le cinéaste, à la fois ouvrier et patron. Mais Louison, qui pense avec ses mains ("On le sent en labourant"), va plus loin. Le sol, comme l’eau ou l’air, est un "bien commun" et la propriété est en soi un problème : elle rend toujours agressif. "La propriété, ça fait les cons…".

Arnaud Lambert
Réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard est un cinéaste suisse né en 1930 à Paris. Il débute dans les années 1950 en tant que critique de cinéma notamment aux Cahiers du cinéma aux côtés de Truffaut, Rohmer, Rivette. Son premier long métrage, "À bout de souffle", réalisé en 1959, rencontre un grand succès et devient un des films fondateurs de la Nouvelle Vague. C'est le début d'une série de films où Godard pense le cinéma en réinventant la forme narrative avec notamment les films "Une femme est une femme", "Le Petit Soldat", "Les Carabiniers", "Le Mépris", "Pierrot le Fou". En mai 1968, Godard est un militant actif et il participe à la contestation du Festival de Cannes en compagnie de François Truffaut. Dès 1973, il commence à travailler avec la scénariste Anne-Marie Miéville, qui devient sa compagne. Ensemble, ils réalisent plusieurs documentaires-fictions, entre vidéo et télévision. La vidéo lui permet de parcourir seul toute la chaîne de création – production de ses films. Entre 1988 et 1998, il réalise "Histoire(s) du cinéma", une série de films consacrée au cinéma. En 2001, il fait son retour à Cannes avec "Éloge de l'amour", comme en 2010 avec "Film socialisme", et en 2014 avec "Adieu au Langage", son sixième film à concourir pour la Palme d'or. Il y remporte le Prix du jury ex-aequo avec "Mommy" de Xavier Dolan. Il revient à Cannes en 2018 avec "Le Livre d'image", qui obtient une Palme d'or Spéciale.

Anne-Marie Miéville

Anne-Marie Miéville est née à Lausanne en 1945. Elle arrive au cinéma par sa rencontre avec Jean-Luc Godard, au début des années 1970 : tout au long de cette décennie, Godard/Miéville devient la signature d’un cinéma fait à deux pour analyser méthodiquement rapports sociaux et rapports de couple ("Numéro deux", "Six fois deux"...). En 1984, elle réalise le court métrage "Le Livre de Marie", devenu le contrepoint inséparable du "Je vous salue Marie" de Godard. Après "Faire la fête" (1986), elle a dirigé "Mon cher sujet", son premier long métrage, sélectionné par la Semaine de la critique à Cannes. Film ambitieux dans son observation intime de trois générations de femmes dont la plus jeune est sur le point d’enfanter. Ses films ("Lou n’a pas dit non", "Nous sommes tous encore ici", "Après la réconciliation") travaillent avec obstination la vie de couple. La Cinémathèque française lui a consacré une rétrospective durant l'hiver 2019-2020.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Grands entretiens