Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur FILM-DOCUMENTAIRE.FR et sur VAD.CNC.FR

Fleurs de sureau


auteur : Volker Koepp
Musique originale de : Rainer Böhm, Katharina Thomas
Allemagne, 2007
Production : Vineta Film
88'
Allemand, Russe
Français


Résumé


Annexée par la Russie après la 2e guerre mondiale, peuplée par des colons venus de Russie ou des États baltes, la région de Kaliningrad est aujourd’hui une enclave russe au sein de l’Union européenne, entre la Pologne et la Lituanie. Jadis, le village de Gastellovo était une foire importante pour les fermiers. Aujourd’hui, après le déclin de l’empire soviétique, c’est un village à demi éteint où la nature semble vouloir reprendre ses droits sur l’homme. Là, des enfants livrés à eux-mêmes inventent ensemble, dans les lieux désertés par leurs parents, un univers de jeux et une société utopique à la limite du fantastique.

L'avis de Tënk


Plus question ici de Groß Friedrichsdorf et de Ostpreussen. Les derniers Allemands - ils avaient confié leur mémoire à la caméra de Volker Koepp dans "Kalte Heimat / Froide Patrie" une petite quinzaine d'années plus tôt - ne sont plus... C'est avec dans ses bagages quelques réminiscences enfantines de la plume de Johannes Bobrowski, son poète préféré, que le réalisateur va à la rencontre des plus jeunes des habitants de Gastellovo. Les adultes y semblent absents. Les enfants ne s'en plaignent pas - au contraire, car leurs parents sont alcooliques, bagarreurs et incapables de leur dessiner un avenir. Ce sont donc les ados qui se prennent en main, que ce soit pour les tâches agricoles et ménagères ou pour les quelques divertissements à leur portée.
Koepp les filme par fratries ou individuellement, enregistrant leurs états d'âmes dans une série de longs face-à-face ou se faisant fin observateur de leurs jeux et besognes. Le surprenant naturel de leurs récits qui vacillent entre propos mystique, réflexion clairvoyante et désir d'ailleurs, contraste avec la raideur et le ridicule des rares "événements", comme cette cérémonie de rentrée scolaire censée leur rappeler la lointaine "mère-patrie" russe. Leurs paroles et rêves - rêves partagés par tous les enfants de la terre - rythmés par des images de la nature, tableaux presque magiques animés par un vent incessant, deviennent alors les puissants ressorts émotionnels de ce dernier documentaire du cycle que Volker Koepp a consacré à l'ancienne Prusse Orientale.

Jürgen Ellinghaus,
réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

Volker Koepp

Volker Koepp est né en 1944 à Stettin, grande ville portuaire allemande sur la mer Baltique, devenue polonaise (Szczecin) en 1945. Grandi à Berlin-Est, il entre à l’école de cinéma de Potsdam-Babelsberg (RDA) en 1966. Il y réalise son premier film, "Sommergäste bei Majakowski" ("Les Estivants chez Maïakovski", co-réal. : Alexander Ziebell), en 1967. Il sort diplômé en 1969 et entame sa carrière l’année suivante à la DEFA, le studio officiel de la RDA. Il s’impose comme l’un des représentants majeurs de la production documentaire de la DEFA et remporte de nombreux prix en Allemagne et à l’étranger, parmi eux le Grand Prix du Cinéma du Réel (Paris) en 2008. Auteur d’une cinquantaine de films de durées différentes, son travail accompagne d'abord la vie dans son pays, la RDA, au-delà la disparition de celle-ci, à l’image de sa série de sept films consacrée à des ouvrières de la ville de Wittstock entamée en 1975 et conclue en 1997. Depuis l'ouverture des pays voisins, il pose son regard sur les régions est-européennes marquées par l’avant et l’après de la chute du communisme, se révélant chroniqueur sensible des bouleversements survenus, toujours du côté de ceux et celles qui les subissent, à la fois portraitiste des hommes et paysagiste de leur terroir.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Fragments d’une œuvre