Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire

Carl Th. Dreyer


Éric Rohmer
France, 1965
Production : ORTF
61'
Français


Résumé


Tournée à Copenhague chez Carl Theodor Dreyer, cette conversation rappelle les caractéristiques de son cinéma : plans longs, omniprésence des visages. Le cinéaste y livre, en français, ses réflexions sur son rapport au comédien, l'art du cinéma, ses recherches sur le montage et le mouvement.

L'avis de Tënk


On entre dans le film comme on en sort, par une musique sacrée. C’est le ton Dreyer, tout de suite bousculé par un ton Godard que Rohmer emploie dès que possible, où Anna Karina, comme dans "Vivre sa vie" pleure devant Jeanne d’arc et lit avec sa beauté et son innocence d’actrice du muet des phrases bien senties. On entre doucement dans Copenhague qui abrite un grand maître austère. Janine Bazin et André Labarthe rencontrent quelques collaborateurs et acteurs-trices pour approcher le cas Dreyer, décrit comme un taiseux calme et méticuleux... Quand l’entretien avec le cinéaste démarre on découvre son beau visage, inquiet de bien répondre, poli, parlant français... Les questions révèlent la volonté de ceux de la Nouvelle Vague de fabriquer des maîtres de cinéma. Tentative déjouée par Dreyer uniquement habité par l’ambition de son œuvre : décrire les folies, les miracles et les impasses de la foi. "Les plans sont longs pour qu’on comprenne ce que disent les acteurs" est la seule réponse directe qu’il parvient à concéder. La figure du maître qu’essaye de construire Labarthe ne semble pas atteindre Dreyer, si préoccupé d’oser vouloir converser avec le Diable les apôtres, Calvin et Satan...

Claire Simon
Réalisatrice

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteur

Éric Rohmer

Éric Rohmer (de son vrai nom Maurice Henri Joseph Schérer) est un réalisateur français, né en 1920 et décédé en 2010. Comme ses camarades de la Nouvelle Vague, Éric Rohmer a commencé sa carrière dans le cinéma comme critique. Après avoir rédigé ses premiers articles à la fin des années 1940, il rejoint les Cahiers du cinéma peu après leur création au début des années 1950. Il en est le rédacteur en chef de 1957 à 1963. Parallèlement, il réalise tout au long des années 1950 des courts métrages et signe en 1959 son premier long métrage, "Le Signe du Lion". Il prend alors le pseudonyme de Éric Rohmer pour cacher à sa famille ses activités de cinéaste. Il a réalisé au total 23 longs métrages qui constituent une œuvre atypique et personnelle, en grande partie organisée en trois cycles : "Contes moraux", "Comédies et Proverbes" et "Contes des quatre saisons". La pédagogie tient une grande place dans son travail, le jeu aussi. Le libertinage de ses personnages ne va pas sans une morale puritaine. Ils vivent selon des principes, des règles, se définissent des parcours et s’y piègent. Considéré avec Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol et Jacques Rivette comme l'une des figures majeures de la Nouvelle Vague, il a obtenu en 2001 à la Mostra de Venise un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Fragments d’une œuvre