Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur FILM-DOCUMENTAIRE.FR et sur VAD.CNC.FR

Un corps provisoire


auteure : Djamila Daddi-Addoun
Musique originale de : Anne-Julie Rollet
France, 2012
Production : GREC, France 2
10'
Français


Résumé


Seule dans une pièce, une boxeuse s'entraîne. Son corps est en partie plongé dans l'obscurité tandis que la lumière vient souligner un geste et révèle la recherche d'une posture, d'une trajectoire intérieure, d'une attitude dans sa propre vie.

Avec le soutien de la Sacem

L'avis de Tënk


Intensités volontaires, des mots, des sons virevoltent, de brèves respirations : images et son s’entremêlent. Des énergies compactes, toutes en vitesses, ces portions de corps retiennent notre regard. Tout sonore, c’est un corps en combat qui respire. Dans l’axe, il joue par de vives réponses dites à l’adversaire, un autre tout imaginaire, au fond, le noir. Parfois ça boucle, les paroles tournent, puis, dans une tenue toute étale quand l’alternance des coupures cesse et que la continuité douce s’instaure alors, soudain le corps surgit, il quitte le sport et c’est la boxe qui devient danse.

Daniel Deshays
Ingénieur du son

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteure

Djamila Daddi-Addoun

Née en 1979 à Sallanches, Djamila Daddi-Addoun est réalisatrice et vidéaste. Plasticienne de l'image et du son, sa production évolue à la croisée de l'installation, du cinéma expérimental et du documentaire. Elle a obtenu son diplôme national supérieur d'expression plastique après sa formation aux Beaux-Arts de Grenoble. Dès le début de ses études, elle s'intéresse au cinéma documentaire, attirée par les récits qui épousent le réel. Ses pièces filmiques s'articulent autour de la parole et ses préoccupations portent sur la condition de l'être : comment les personnages qu'elle rencontre voient-ils le monde et l'habitent-ils ?

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Écoute