Votre commande a bien été prise en compte, vous pouvez voir Spudwrench : l'homme de Kahnawake pendant 48 heures à compter de la date de votre paiement.

Vous souhaitez louer ce film en VOD ?

Mode de paiement





Vous souhaitez louer ce film en VOD ?

Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir louer une vidéo. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous. Si vous n’êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix.

Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
CE FILM EST SORTI DE NOTRE PROGRAMMATION
RETROUVEZ-LE EN VOD


Bande annonce


Louez ce film
48h pour 2€

Spudwrench : l'homme de Kahnawake


Alanis Obomsawin
Canada, 1997
Production : National Film Board of Canada

57'
Français, Anglais


Résumé


Portrait de la communauté Mohawk de Kahnawake, près de Montréal, à travers le personnage de Randy Horne, monteur de poutres d'acier. Comme de nombreux autres amérindiens, Horne a parcouru le continent et travaillé sur certains des plus hauts édifices du monde, sans toutefois perdre de vue ses racines. Durant la crise d'Oka de 1990, il était connu sous le nom de "Spudwrench". Il se retrouva derrière les barricades pour empêcher la municipalité d'Oka d'agrandir un terrain de golf qui aurait empiété sur un territoire sacré.

L'avis de Tënk


Film après film, Alanis Obomsawin retrace l'histoire de son peuple et des premières nations amérindiennes. Parfois, des photographies, des peintures, des gravures ou des films d'archives entrent en scène. Ce ne sont pas de simples illustrations, mais plutôt des traces, souvenirs enfouis, précieux comme des reliques, et le film qui les abrite devient lui-même une sorte de reliquaire, objet sacré de la mémoire.
Dans "Spudwrench : l'homme de Kahnawake", il est aussi question de la construction des gratte-ciels américains par les ouvriers Mohawks, qui ne connaissent pas le vertige. Ils travaillaient sans filets, mais parfois ils tombaient. En 1907, un accident de construction du pont de Québec tua 36 ouvriers de Kahnawake. Alanis nous montre leurs photos, une par une, comme un hommage à chacun – 36 médaillons ; et puis le film reprend, le récit de la vie, du présent qui se tisse sur le passé. Soudain, les événements de 1990 à Oka ressurgissent…

Henri-François Imbert
Réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteure

Alanis Obomsawin

Alanis Obomsawin, née le 31 août 1932 dans une communauté amérindienne abénaquise (Canada), a commencé sa carrière comme chanteuse et conteuse avant d’arriver au cinéma en collaborant avec l’ONF à partir de la fin des années 60. Cinéaste prolifique et reconnue internationalement, elle a réalisé, produit et scénarisé plus de cinquante films en majorité sur la culture et l'histoire des autochtones. Le plus connu est sans doute "Kanehsatake : 270 ans de résistance", le premier de trois documentaires traitant de la Crise d'Oka de 1990 qui remporta 18 prix de par le monde.

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Déclics !