Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
Le film n'est plus disponible
Plus d'informations sur FILM-DOCUMENTAIRE.FR et sur VAD.CNC.FR

La Lutte


Claude Fournier, Claude Jutra, Marcel Carrière, Michel Brault
Canada, 1961
Production : ONF / NFB

27'
Français


Résumé


Ce documentaire propose une incursion dans le monde de la lutte professionnelle à Montréal. Les combats, simulés et spectaculaires, se déroulent au Forum de Montréal, mais aussi à l'arrière-scène, lieux où se pratique cet art guerrier. Les caméras, attentives aux moindres détails, captent les bons et les méchants lutteurs qui s'empoignent, se frappent, rugissent et grimacent, rivalisant d'ingéniosité pour le plus grand plaisir des spectateurs.

L'avis de Tënk


Un film qui sculpte le réel. La manière dont sont saisis les visages du public. Celle avec laquelle les corps des catcheurs semblent sortis d’un bloc de marbre. La légèreté de la caméra, sa mobilité, et l’usage de longues focales agissent comme des ciseaux à sculpter et ce sont des statues antiques qu’ils nous dévoilent. On pensait voir un film sur le catch, c’est un film d’art.

Franck Lubet
Responsable de la programmation Cinémathèque de Toulouse

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteurs

Claude Fournier

Claude Fournier voit le jour en 1931 à Waterloo, dans les Cantons-de-l’Est. Après des débuts comme journaliste et chef des nouvelles pour La Tribune, à Sherbrooke, il entre à l’ONF en 1957, où il participe aux débuts du cinéma direct en coréalisant notamment le documentaire "La Lutte". En 1970, sa comédie coquine "Deux Femmes en or" bat tous les records aux guichets : 2 millions de spectateurs ! Suivront quelques autres films du genre puis l’adaptation cinématographique du classique de Gabrielle Roy, "Bonheur d’Occasion" (1983). En 1988, il réalise une série historique, "Les Tisserands du pouvoir", sur l’exode des Québécois en Nouvelle-Angleterre. S’ajouteront plus tard à son curriculum, les "Juliette Pomerleau" ou encore "J’en suis". En 2008, Claude Fournier et sa conjointe Marie-José Raymond se voient confier la direction générale d'un important projet de numérisation et de restauration du patrimoine cinématographique québécois, Éléphant - mémoire du cinéma québécois. Fournier et Raymond occupent ces fonctions jusqu'à la fin de l'année 2018, supervisant la restauration de 225 longs métrages.

Claude Jutra

Claude Jutra écrit et réalise, en parallèle d'études de médecine, son premier film, "Mouvement perpétuel", à l'âge de dix-neuf ans. Brillante tentative récompensée au Canadian Film Awards en 1949. Il obtient son doctorat en médecine en 1952. En 1955 il rejoint l'Office National du Film pour cosigner, deux ans plus tard, l'un des classiques du cinéma d'animation, "Il était une chaise". Son goût pour les voyages et les documentaires l'amène en France où il réalise en 1959 "Anna la bonne", produit par François Truffaut, puis au Niger où il co-réalise "Niger jeune république" (1961) qui obtient le Prix spécial au Festival des peuples à Florence. Retour ensuite au Canada où il tourne "La Lutte" relatant les soirs de match au Forum de Montréal. Après le tournage des "Enfants du silence" (1963) co-réalisé avec son ami Michel Brault, il met en scène "Comment savoir" (1966), salué d'un prix au Festival de Venise. En 1971 il réalise "Mon oncle Antoine", évocation pudique et profonde de son passage de l'enfance à l'adolescence dans le contexte des années quarante. Salué à travers le monde, ce film obtient 8 récompenses au Festival du film canadien à Toronto et le Prix du meilleur documentaire au Festival de Chicago. De cette expérience, Claude Jutra en vient à se passionner pour l'adaptation littéraire. Il réalise "Kamouraska" en 1972 d'après l'oeuvre d'Anne Hebert puis en 1985, "La Dame en couleur". Deux films qui, s'ajoutant à ses nombreux documentaires, s'inscrivent dans le " style direct ". Atteint de la maladie d'Alzheimer, Claude Jutra se jette dans le Saint-Laurent en novembre 1986.

Marcel Carrière

Marcel Carrière débute dans l'industrie du cinéma en 1956 comme preneur de son à l'Office National du Film et participe à plus d'une centaine de productions. À la fin des années 1970, il est nommé directeur du Comité du programme français - qui soutient la création francophone au sein de l'ONF. Il participe aussi à la création de l'Institut national de l'image et du son et de la Phonothèque québécoise. Il est considéré comme l'un des précurseurs des techniques de captations sonores synchrones dans le cinéma documentaire. Lors du tournage de "Pour la suite du monde", il multiplie les innovations tant au niveau des pratiques de captations (microphones attachés aux vêtements, etc.) que des outils utilisés (magnétophone Nagra III). Son apport au tournage est tel qu'au générique, son nom apparait aux côtés de Pierre Perrault et Michel Brault.

Michel Brault

Michel Brault (Montréal 1928-2013) est caméraman, directeur de la photographie, scénariste, réalisateur prolifique (quelque 200 films) et producteur. Entré à l’Office National du Film du Canada en 1956, il participe aux débuts du cinéma direct avec Pierre Perrault au Canada et Jean Rouch en France.