Votre commande a bien été prise en compte, vous pouvez voir Loin du Vietnam pendant 48 heures à compter de la date de votre paiement.

Vous souhaitez louer ce film en VOD ?

Mode de paiement





Vous souhaitez louer ce film en VOD ?

Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir louer une vidéo. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous. Si vous n’êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix.

Nous sommes désolés,
ce film n'est pas disponible
sur votre territoire
CE FILM EST SORTI DE NOTRE PROGRAMMATION
RETROUVEZ-LE EN VOD


Bande annonce


Louez ce film
48h pour 2€

Loin du Vietnam


Alain Resnais, Chris Marker, Claude Lelouch, Jean-Luc Godard, Joris Ivens, William Klein, Agnès Varda
France, 1967
Production : Société pour le Lancement des Œuvres Nouvelles (SLON)

117'
Français
Anglais


Résumé


En 1967, Alain Resnais, William Klein, Joris Ivens, Agnès Varda, Claude Lelouch, Jean-Luc Godard et Chris Marker ont coréalisé ce film pour affirmer leur solidarité avec la lutte du peuple vietnamien. Onze façons différentes et personnelles de présenter ce conflit opposant les riches aux pauvres, sur fond d'indignation de l'opinion publique mondiale.

L'avis de Tënk


Resnais, Godard, Varda, Marker, Lelouch : "Loin du Vietnam" aurait pu être le manifeste du cinéma moderne français ! Ce film dicté par les circonstances et la colère face aux crimes commis au Vietnam par les USA, fabriqué bénévolement et collectivement, témoigne de la politisation des esprits dans cette deuxième moitié des années 1960 et du désir d’une bonne partie des professionnels du cinéma français (et pas seulement de ces quelques grands noms : c’est une bonne centaine de personnes qui, a un titre ou à un autre, chacun selon ses moyens, a participé à l’aventure) de s’engager pour un monde différent. Marker est donné comme l’instigateur et le chef d’orchestre de ce film, mais l’important n’est pas là : ce qui s’inaugure ici, c’est une manière politique de concevoir le cinéma, faisant voler en éclat tout un système hiérarchique et économique de conception des films. Une partie du cinéma de 1968 et des collectifs militants en suivra bientôt l’exemple.

Arnaud Lambert
Réalisateur

Vous aimez ce film, vous voulez le partager gratuitement avec un proche ? Vous devez au préalable avoir souscrit à un abonnement pour pouvoir offrir ce film. Si vous êtes déjà abonné(e) à Tënk, identifiez-vous Si vous n'êtes pas encore abonné(e), rendez-vous sur la page d’abonnement pour souscrire à la formule de votre choix

Votre souhait d'offrir ce film a bien été pris en compte. Votre proche va recevoir sous peu un mail l'informant de votre cadeau, ainsi que la marche à suivre pour pouvoir le visionner.

auteurs

Alain Resnais

Alain Resnais est né en 1922. Initialement voué à une carrière de comédien, il intègre la première promotion de l'IDHEC en montage et commence, dès la fin des années 1940, à réaliser des courts et moyens métrages documentaires qui marquent le public et la critique : "Van Gogh", "Guernica" et surtout "Nuit et Brouillard" (1956). Il tourne une première fiction en 1959, "Hiroshima mon amour", écrite par Marguerite Duras, qui révolutionne les conceptions classiques de narration de l’époque. S'entourant d'intellectuels et d'artistes pour réaliser ses films, il s'associe notamment à Chris Marker à plusieurs reprises lors de films engagés : "Les statues meurent aussi" (1953), "Loin du Vietnam" (1967). Alain Resnais s'essaie à des genres aussi variés que la science-fiction, la comédie, le théâtre, la comédie musicale. Il disparaît en mars 2014.

Chris Marker

Chris Marker nait en 1921 à Neuilly. Il débute des études de philosophie, vite interrompues par le conflit mondial. Après guerre, il travaille au sein de Peuple et culture, commence à écrire pour la revue "Esprit" et à réaliser ses premiers films dont "Lettre de Sibérie" qui le fit plus largement connaître. Écrivain, photographe, cinéaste et finalement artiste multimédia, Chris Marker est l'auteur d'une œuvre protéiforme et novatrice. Son goût pour l'expérimentation éclate dans "La Jetée" (1962), court-métrage d'anticipation annonçant ses thématiques de prédilection : le temps, la mémoire, la puissance des images. La même année, il tourne "Le Joli Mai", dans les rues de Paris, dans l'esprit du cinéma direct. La décennie 70 est marquée par des films engagés dont le plus célèbre, "Le fond de l'air est rouge" (1977), dresse un bilan des luttes des sixties tout autour de la planète. Dans ce sillon politique, il explore les liens entre mémoire individuelle et histoire dans "Sans soleil" (1982) puis dans des hommages posthumes comme "Le Tombeau d'Alexandre" (1993). Dans les années 1990, le plus souvent en collaboration avec le Centre Pompidou de Paris, il conçoit plusieurs installations qui explorent les frontières entre réel et imaginaire. Il s'éteint à Paris à l'été 2012, faisant figure de référence pour les cinéastes contemporains.

Claude Lelouch

Abandonnant ses études, Claude Lelouch part réaliser des reportages dans le monde entier ("Quand le rideau se lève", filmé illégalement en URSS en 1957). Après avoir tourné plusieurs courts métrages dans le cadre du Service Cinématographique des Armées, il fonde en 1960 sa propre maison de production, Les Films 13, et réalise son premier long métrage de fiction, "Le Propre de l'homme". C'est avec "Un homme et une femme" que Claude Lelouch connaît brusquement la gloire. Palme d'Or au Festival de Cannes en 1966 et couronné par deux Oscars, le film étonne par son style pris sur le vif, dû à la spontanéité des comédiens et à la virtuosité d'un filmage en caméra légère. Cette méthode devient la marque de fabrique du cinéaste. En 2011, il fait le bilan de sa carrière au travers d'un documentaire nommé "D'un film à l'autre", dans lequel il dresse un autoportrait composé d'extraits de films, d'interviews et de making-of.

Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard est un cinéaste suisse né en 1930 à Paris. Il débute dans les années 1950 en tant que critique de cinéma notamment aux Cahiers du cinéma aux côtés de Truffaut, Rohmer, Rivette. Son premier long-métrage "À bout de souffle", réalisé en 1959, rencontre un grand succès et devient un des films fondateurs de la Nouvelle Vague. C'est le début d'une série de films où Godard pense le cinéma en réinventant la forme narrative avec notamment les films "Une femme est une femme", "Le Petit Soldat", "Les Carabiniers", "Le Mépris", "Pierrot le Fou". En mai 1968, Godard est un militant actif et il participe à la contestation du Festival de Cannes en compagnie de François Truffaut. Entre 1988 et 1998, il réalise "Histoire(s) du cinéma", une série de films consacrée au cinéma.

Joris Ivens

Éternel globe-trotter, Ivens sillonne les quatre coins du monde. Militant et philosophe, il est aussi poète, voire utopiste. Il se veut le témoin de l'espoir révolutionnaire. Dès son premier film, "Le Pont" (1928), il séduit les milieux d'avant-garde. "Regen" (1929) lui ouvre les portes de la reconnaissance, chez lui, mais aussi à l'étranger. En 1932, il est le premier cinéaste étranger à travailler en Union Soviétique. En 1933, il tourne avec Henri Storck l'une de ses œuvres majeures, "Borinage", sur les conséquences d'une grève dans une région minière en Belgique. Il filme avec John Ferno et Ernest Hemingway "Terre d'Espagne" en 1937, pendant la guerre civile qui ravage le pays. Il part ensuite pour les États-Unis puis au Canada et en Indonésie. En 1957, Ivens est à Paris pour une allégorie du bonheur, "La Seine a rencontré Paris", puis en Chine pour "Lettre de Chine" et "600 millions avec vous". Il parcourt ensuite l'Italie, le Mali, Cuba, le Vietnam. Dans les années 1970, il voyage énormément en Chine, et en 1976, il regroupe plusieurs films sous le titre "Comment Yukong déplaça les montagnes" (1973). Son dernier film, "Une histoire de vent" (1988), est co-réalisé avec sa compagne Marceline Loridan.

William Klein

Né en 1928 à Manhattan, William Klein est un artiste polyvalent vivant à Paris. Il fait des études de sociologie aux États-Unis, puis s'inscrit à la Sorbonne en 1948 après son service militaire. Après des débuts dans le domaine des arts plastiques, il devient le photographe de mode attitré du magazine Vogue en 1954. Expérimentateur et provocateur, il photographie également les rues de New-York et sa population avec un style affirmé qui deviendra sa signature et fera de lui une figure emblématique de la photographie du 20e siècle. À partir des années 1960, il délaisse la photographie pour le cinéma. Ses films sont marqués par son engagement, notamment auprès de la cause noire avec un film comme "Muhammad Ali the Greatest" (1964). Il pose également un regard critique sur un milieu qu'il a longuement fréquenté : la mode, avec "In and Out of Fashion" (1998).

Agnès Varda

Cinéaste française née en 1928, Agnès Varda passe son enfance en Belgique puis à Sète. Après des études aux Beaux Arts et à l'École du Louvre elle devient la photographe du TNP aux côtés de Jean Vilar dans les années 1950. Elle tourne son premier long métrage en 1954 "La Pointe Courte", qui l'inscrit dans le cinéma de la Nouvelle Vague. La suite de sa carrière sera riche de trente-trois titres, fictions ou documentaires, parmi lesquels on peut citer des classiques tels "Cléo de 5 à 7" (1961) et "Les Glaneurs et la Glaneuse" (2000).

LES AUTRES FILMS DE LA PLAGE Chris Marker