Notre projet

 

Projet politique

Tënk est né de l’irrésistible désir de partager notre passion pour le documentaire d’auteur.

L’ambition de Tënk est simple : vous faire (enfin !) découvrir ou redécouvrir des documentaires exceptionnels qui ne rencontraient plus leurs publics, faute de diffusion en dehors des festivals, des écoles et des cercles d’initiés. Films de festival, films rares, grands classiques, création contemporaine, à la marge, internationale, indépendante, tous les documentaires que vous avez toujours voulu voir sans jamais savoir où les trouver… sont sur Tënk.

Les films que nous aimons font figure d’exception dans le flot des images qui traversent nos sociétés. S’ils montrent l’existant, le “réel“, ils revendiquent la subjectivité du regard, la diversité et l’infinie complexité des expériences. Le présent les habite, c’est même leur matière première, mais ils n’ont de cesse de l’inscrire dans le temps long, de le rétablir comme lendemain du passé et comme hier du lendemain. Ils nous instruisent, enfin, mais en faisant appel à notre intelligence du sensible, celle-là même que nous mobilisons face aux œuvres d’art. Ce sont des films qui nous invitent à penser.

Parce que changer le monde est une tâche bien démesurée, le documentaire d’auteur se donne celle, plus modeste, de changer notre regard sur le monde. Ces fragments de vie, d’humanité et de poésie sont autant d’actes d’apprentissage sur nous, sur nos conditions de vie, sur notre rapport aux autres. Le documentaire d’auteur fait appel à la curiosité de tous ; c’est à ce titre que nous vous invitons à y prendre part.

 

 

édito

Au tout début l’un d’entre nous a dit à la cantonade « on va bâtir une plateforme consacrée au documentaire d’auteur » : c’était autant un pari de l’imaginaire qu’un contrat avec le réel, intime conviction probablement un peu folle que c’était le moment où il fallait bousculer et chambouler le réel. Nous avions ce sentiment de légitimité des utopistes : prendre notre avenir en main, nous doter enfin d’un outil dédié à la création documentaire.

Dans cet élan la première idée qui nous a rassemblés c’est que nous allions réveiller la belle endormie !! Donner enfin accès à des milliers de films qui dorment dans l’ombre, sur des étagères ou dans des disques durs, ces films qui ne sont vus « qu’entre soi », dans les séances de festivals. Les rendre accessibles à des milliers de personnes qui ignorent jusqu’à l’existence de ces œuvres et en cela inventer des publics qui s’ignorent et ignorent tout du documentaire d’auteur. Ouvrir les fenêtres numériques pour laisser entrer la lumière des œuvres. Voir les grands classiques avec pour cette première programmation les films de Barbara Kopple, Mariana Otero, Pierre Perrault, Bogdan Dziworski, Patricio Guzmán, Kamal Aljafari, Robert Kramer.

Et puis il y a les mots pour le dire : nous savons trop bien qu’une rupture culturelle c’est toujours une rupture sémantique. Ainsi nous avons choisi le nom de Tënk pour cette plateforme, mot wolof sénégalais qui signifie « résume-moi ta pensée ». Accueillir les mots et les films qui nous viennent du monde. L’un des élans de Tënk sera aussi de vous faire découvrir de nouveaux auteurs. Ainsi pour cette première programmation Aïcha Macky du Niger, Éric Pauwels de Belgique, Alice Diop et Régis Sauder de France, Jonathan Caouette des USA, Ariane Astrid Atodji du Cameroun…

À toutes et à tous nous avons envie de dire que la belle endormie s’éveille et avec elle les films de l’ombre ! C’est l’enchantement documentaire ! La légende de Tënk peut commencer !!

 

Jean-Marie Barbe